Démarches pour ouvrir un salon de thé

Comment ouvrir un salon de thé en 2020 ?

Boisson consommée depuis la nuit des temps, les Français montrent un nouvel attrait pour le thé au début des années 2010 : les magasins de thé se développent tout comme les salons de thé. Mais est-il compliqué d’ouvrir un salon de thé ? Quelles sont les démarches ? Puis-je ouvrir un salon de thé sans diplôme ? Quel financement pour se lancer ?

Autant de questions qu’Amateurdethe.info aborde pour votre projet d’ouverture de salon de thé.

Puis-je ouvrir un salon de thé sans diplôme, ni licence ?

Par définition, un salon de thé est un commerce ouvert au public avec pour activité principale la vente de boissons non alcoolisés et éventuellement un service de restauration de type pâtisserie.

Quelle licence pour ouvrir un salon de thé ?

Pendant très longtemps, que vous soyez un établissement vendant de l’alcool ou non, l’obtention d’une licence de débit de boisson ou restaurant était nécessaire. Depuis 2011, la réglementation a été assouplie : la licence n’est plus nécessaire pour les établissements ne vendant pas d’alcool comme les salons de thé.

Quel diplôme pour ouvrir un salon de thé ?

Bonne nouvelle ! Aucun diplôme n’est requis pour se lancer dans l’aventure. En revanche, vous aurez quelques formalités à respecter avant toute ouverture :

  • Le stage de préparation à l’installation (SPI)
  • La formation à l’hygiène
  • Le diplôme de patissier

Le SPI ou Stage de Préparation à l’Installation

C’est auprès de la Chambre des Métiers que vous effectuerez ce stage de préparation à l’installation :

Mais si vous optez pour le statut micro-entreprise (auto-entrepreneur), ce stage est à effectuer sur la base du volontariat. En effet, depuis la promulgation de la loi PACTE le 24 mai 2019, ce stage est devenu facultatif pour ce statut. Bien que devenu non-obligatoire, il est toujours fortement recommandé de le suivre car vous y aborderez les bases de la gestion d’entreprise (immatriculation, couverture sociale, cotisations, impôts…).

En tant que micro-entreprise, si vous n’avez pas la possibilité de vous déplacer, sachez que vous pouvez suivre le stage de préparation à l’installation en ligne :

La formation à l’hygiène

En tant qu’établissement recevant du public, les normes de sécurité et d’accessibilité ainsi que sanitaires doivent être respecter. Depuis 2012, il suffit d’un seul employé ayant suivi cette formation pour être en règle.

Le diplôme de pâtissier

Il est tout à fait possible de vendre des gâteaux au sein de votre salon de thé.

Si vous proposez à la vente des gâteaux que vous ne confectionnez pas vous-même, il n’y a pas de problème, aucun diplôme n’est demandé.

En revanche, si vous réalisez vos pâtisseries sur place, par l’un de vos salariés, collaborateur ou vous-même, il est obligatoire d’avoir un diplôme de pâtissier ou de justifier d’une expérience professionnelle de trois ans minimum en tant que pâtissier ou responsable d’un établissement similaire.

Existe-il une réglementation spécifique pour les salons de thé ?

La réglementation pour les salons de thé est simple mais elle existe. Pour prétendre à l’ouverture d’un salon de thé, vous devrez :

  • Respecter les heures d’ouverture appliqué par votre préfecture
  • Respecter les affichages (carte de prix) et autres mentions obligatoires
  • Obtenir une autorisation de la SACEM dans le cadre où vous diffuseriez de la musique ou la télévision au sein de votre établissement.
  • Obtenir une autorisation d’occupation du domaine public auprès de votre mairie si vous souhaitez avoir une terrasse extérieure.

Concept, apport personnel, étude de marché & business plan : mon projet de salon de thé est-il viable ?

Quel sera le concept du futur salon de thé ?

Le concept de votre salon de thé est la base du projet : salon traditionnel, japonais, avec ou sans pâtisserie, littéraire ou artistique, éco-responsable. La seule limite est votre imagination !

Vous devrez prendre en considération si vous souhaitez ouvrir une franchise ou un établissement indépendant. Afin de vous conforter dans votre choix, une étude de marché est nécessaire.

Quel apport personnel dois-je prévoir pour ouvrir un salon de thé ?

Vous avez déjà un apport personnel pour votre projet ? C’est très bien mais est-il réellement suffisant… Dans le cadre d’un salon de thé indépendant, un apport personnel de 25% du montant total de l’investissement sera demandé.

Quels sont les critères à prendre en compte pour l’étude de marché ?

Votre concept pour le salon de thé est défini mais vous ne savez pas encore si c’est faisable ? Procédons par étape :

  • Où installer votre salon de thé ? il faudra prendre en considération plusieurs critères comme votre cible, les commodités (transports, centres d’affaires ou commerciaux etc), la concurrence
  • Trouver un local ou un fond de commerce à acheter avec estimation des coûts d’aménagement (mobilier, travaux).
  • Comment fonctionnera votre salon de thé ? Vous devrez définir les prix, le recrutement, le choix des fournisseurs etc
  • Comment vais-je faire connaitre mon établissement ? il faudra penser à votre stratégie de communication via la création d’un site internet ou d’une page sur les réseaux sociaux, parution dans les journaux, distribution de flyers, solliciter l’aide des commerçants du quartier, établir des partenariats…
  • Ai-je assez d’argent pour débuter le projet ? il faudra définir votre capital social c’est-à-dire votre apport personnel

Au fur et à mesure que vous avancez dans votre réflexion, vous aurez une meilleure visibilité de votre projet et pourrez commencer à rédiger votre business plan.

Que doit contenir le business plan pour mon projet de salon de thé ?

La réalisation d’un business plan est primordiale dans le cadre d’une demande de prêt ou d’une subvention afin de définir la faisabilité et la viabilité de votre projet par l’élaboration d’un prévisionnel.

Dans ce business plan, vous devrez y inclure :

  • Une présentation du/des fondateur(s) (motivation, expérience)
  • Une description du projet avec les aspects positifs (atout, opportunité, évolution) et négatif (menaces, inconvénient, faiblesse)
  • Le compte de résultat et le bilan prévisionnel présentés sous tableaux financiers légendés.
  • L’étude de marché
  • Le plan de financement

Ce document en votre possession, vous pourrez démarcher les banques pour défendre votre projet. Si vous avez des doutes, faites appel à un cabinet d’expertise comptable qui pourra vous conseiller dans l’élaboration de ce business plan mais également pour la suite des démarches pour la partie juridique et administrative.

Dois-je faire appel à un cabinet d’expertise comptable pour mes démarches administratives & juridiques ?

Si vous arrivez à cette étape, c’est que votre business plan a été validé par la banque. Félicitations ! Mais il reste encore beaucoup à faire comme les démarches juridiques et administratives.

Expert ou novice, il est fortement recommandé de faire appel à un cabinet d’expertise comptable – ou tout autre prestataire de service – pour vous guider dans ces modalités. Selon le prestataire choisi, ce dernier vous aidera à :

  • Trouver le meilleur statut social
  • Sélectionner la forme juridique de votre entreprise la mieux adaptée
  • Optimiser le statut fiscal de votre entreprise en matière d’impôts
  • Faire les démarches d’enregistrement auprès de la Chambre des Métiers.

Il est évident que vous pouvez le faire vous-même mais vous aurez une multitude de choses à gérer. Parfois, il est préférable de déléguer en choisissant un prestataire sérieux et fiable.

Leave a Reply

+
Visit Us On PinterestVisit Us On Instagram